Les manifestations contre le COVID s’intensifient à Guangzhou alors que la colère contre le verrouillage de la Chine bout

  • La police anti-émeute en tenue de protection contre les matières dangereuses affronte des manifestants
  • Estimation de 27 à 43 manifestations dans 22 villes de Chine
  • La plus grande vague de désobéissance civile depuis 1989 Tiananmen
  • Verrouillages COVID et manifestations frappant l’économie chinoise

SHANGHAI / BEIJING, 30 novembre (Reuters) – Des habitants du centre de fabrication chinois de Guangzhou se sont affrontés mardi soir avec des policiers anti-émeutes blancs en tenue de protection contre les matières dangereuses, ont montré des vidéos en ligne, la dernière d’une série de manifestations qui se sont intensifiées au cours du week-end à cause de COVID- 19 blocages.

Les affrontements qui s’ensuivent protestations à Shanghai, Pékin et autre parta éclaté alors que la Chine affiche quotidiennement un nombre record de cas de COVID et que les responsables de la santé, y compris dans la région sud autour de Guangzhou, ont annoncé un léger assouplissement des bordures.

La plus grande vague de désobéissance civile en Chine continentale depuis les manifestations de Tiananmen en 1989 survient alors que son économie s’effondre après avoir connu une croissance vertigineuse pendant des décennies.

Cette ère de prospérité était fondamentale pour le contrat social entre le Parti communiste et une population dont les libertés ont été considérablement réduites depuis que le président Xi Jinping a pris le pouvoir il y a 10 ans.

Dans une vidéo publiée sur Twitter, des dizaines de policiers anti-émeute en tenue de pandémie entièrement blanche, tenant des boucliers au-dessus de leur tête, ont avancé en formation sur ce qui semblait être des barrières de verrouillage démolies alors que des objets volaient vers eux.

Des policiers ont ensuite été vus escortant une rangée de personnes menottées vers un lieu inconnu.

Un autre clip vidéo montrait des gens lançant des objets sur la police, tandis qu’un troisième montrait une cartouche de gaz lacrymogène atterrissant au milieu d’une petite foule dans une rue étroite, les gens courant ensuite pour échapper aux fumées.

Reuters a vérifié que les vidéos avaient été filmées dans le district de Haizhu à Guangzhou, théâtre d’événements liés au COVID troubles il y a deux semaines, mais n’a pas pu déterminer quand les clips ont été pris ou la séquence exacte des événements et ce qui a déclenché les affrontements.

Les publications sur les réseaux sociaux ont indiqué que les affrontements ont eu lieu mardi soir et ont été causés par un différend sur les bordures de verrouillage.

Le gouvernement de Guangzhou, une ville durement touchée par la dernière vague d’infections, n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

China Dissent Monitor, dirigé par Freedom House, financé par le gouvernement américain, a estimé qu’au moins 27 manifestations ont eu lieu à travers la Chine de samedi à lundi. Le groupe de réflexion australien ASPI a estimé 43 manifestations dans 22 villes.

BORDURES D’ASSAINISSEMENT

Abritant de nombreux travailleurs d’usine migrants, Guangzhou est une ville portuaire tentaculaire au nord de Hong Kong dans la province du Guangdong, où les responsables ont annoncé mardi soir qu’ils autoriseraient les contacts étroits des cas de COVID à se mettre en quarantaine chez eux plutôt que d’être contraints de se rendre dans des abris.

La décision a rompu avec la pratique habituelle dans le cadre de la politique chinoise zéro COVID.

À Zhengzhou, le site d’une grande usine Foxconn fabriquant des iPhones Apple qui a été le théâtre de troubles ouvriers à propos de COVID, les responsables ont annoncé la reprise “ordonnée” des entreprises, y compris les supermarchés, les gymnases et les restaurants.

Cependant, ils ont également publié une longue liste de bâtiments qui resteraient sous clé.

Quelques heures avant ces annonces, les responsables nationaux de la santé ont déclaré mardi que la Chine répondrait aux “préoccupations urgentes” soulevées par le public et que les règles COVID devraient être mises en œuvre de manière plus flexible, en fonction des conditions de chaque région.

Mais alors que l’assouplissement de certaines mesures semble être une tentative d’apaiser le public, les autorités ont également commencé à rechercher ceux qui ont participé aux récentes manifestations.

“La police est venue à ma porte d’entrée pour me poser des questions sur tout cela et me faire remplir un dossier écrit”, a déclaré mercredi à Reuters un habitant de Pékin qui a refusé d’être identifié.

Un autre habitant a déclaré que des amis qui avaient publié des vidéos de manifestations sur les réseaux sociaux avaient été emmenés au poste de police et invités à signer une promesse qu’ils “ne referaient plus ça”.

Il n’était pas clair comment les autorités ont identifié les personnes qu’elles voulaient interroger, ni combien de ces personnes elles ont contactées.

Le Bureau de la sécurité publique de Pékin n’a fait aucun commentaire.

Mercredi, plusieurs voitures de police et du personnel de sécurité ont été postés sur un pont de l’est de Pékin où une manifestation avait eu lieu trois jours plus tôt.

“FORCES HOSTILES”

Dans un communiqué qui ne fait pas référence aux manifestations, l’organe suprême du Parti communiste chargé des forces de l’ordre a déclaré mardi soir que la Chine réprimerait résolument « les activités d’infiltration et de sabotage des forces hostiles ».

La Commission centrale des affaires politiques et juridiques a également déclaré que “les actes illégaux et criminels qui perturbent l’ordre social” ne seraient pas tolérés.

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré que les droits et libertés doivent être exercés dans le cadre de la loi.

Le porte-parole de la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré mardi que les manifestants en Chine ne devraient pas être blessés.

Le COVID s’est propagé malgré le fait que la Chine s’est largement isolée du monde et a exigé des sacrifices importants de centaines de millions de personnes pour se conformer à des tests incessants et à un isolement prolongé, trois ans après le début de la pandémie.

Alors que le nombre d’infections et de décès est faible par rapport aux normes mondiales, les analystes affirment qu’une réouverture avant l’augmentation des taux de vaccination pourrait entraîner des maladies et des décès généralisés et submerger les hôpitaux.

Les fermetures ont martelé l’économie, perturbant les chaînes d’approvisionnement mondiales et perturbant les marchés financiers.

Les données de mercredi ont montré que l’activité manufacturière et de services de la Chine pour novembre affichait les lectures les plus basses depuis le début du verrouillage de deux mois de Shanghai en avril. Lire la suite

Actions chinoises (.SSEC), (.CSI300) étaient stables, les marchés pesant la faiblesse économique endémique par rapport aux espoirs que la pression publique pourrait pousser la Chine à rouvrir à terme.

La directrice du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, a signalé une éventuelle révision à la baisse des prévisions de croissance en Chine.

Reportage supplémentaire d’Eduardo Baptista et Yew Lun Tian à Pékin; Écrit par Marius Zaharia; Montage par Michael Perry, Robert Birsel

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Leave a Comment