Un général iranien reconnaît plus de 300 morts dans les troubles

DUBAÏ, Émirats arabes unis (AP) – Un général iranien a reconnu lundi que plus de 300 personnes avaient été tuées dans les troubles entourant les manifestations à l’échelle nationale, donnant le premier mot officiel sur les victimes en deux mois.

Cette estimation est considérablement inférieure au bilan rapporté par Human Rights Activists in Iran, un groupe basé aux États-Unis qui suit de près les manifestations depuis ils ont éclaté après la mort, le 16 septembre, d’une jeune femme détenue par la police des mœurs du pays.

Le groupe d’activistes affirme que 451 manifestants et 60 membres des forces de sécurité ont été tués depuis le début des troubles et que plus de 18 000 personnes ont été arrêtées.

Les manifestations ont été déclenchées par la mort de Mahsa Amini, 22 ans, qui a été détenue pour avoir prétendument violé le code vestimentaire strict de la République islamique. Ils se sont rapidement transformés en appels au renversement de la théocratie iranienne et posent l’un des défis les plus sérieux aux religieux au pouvoir depuis la révolution de 1979 qui les a portés au pouvoir.

Le général Amir Ali Hajizadeh, commandant de la division aérospatiale des Gardiens de la révolution paramilitaires, a été cité par un site Internet proche des Gardiens comme ayant déclaré que plus de 300 personnes avaient été tuées, dont des « martyrs », une référence apparente aux forces de sécurité. Il a également suggéré que bon nombre des personnes tuées étaient des Iraniens ordinaires non impliqués dans les manifestations.

Il n’a pas fourni de chiffre exact ni précisé d’où provenait son estimation.

Les autorités ont fortement restreint la couverture médiatique des manifestations. Les médias liés à l’État n’ont pas fait état d’un bilan global et se sont largement concentrés sur les attaques contre les forces de sécurité, que les responsables imputent à des groupes militants et séparatistes de l’ombre.

Hajizadeh a réitéré l’affirmation officielle selon laquelle les manifestations ont été fomentées par les ennemis de l’Iran, y compris les pays occidentaux et l’Arabie saoudite, sans fournir de preuves. Les manifestants disent qu’ils en ont assez après des décennies de répression sociale et politique et nient avoir un programme étranger.

Les protestations se sont propagées à travers le pays et ont attiré le soutien de artistes, les athlètes et d’autres personnalités publiques. Les troubles ont même jeter une ombre sur la coupe du mondeavec certains Iraniens qui s’enracinent activement contre leur propre équipe nationale parce qu’ils la considèrent comme étant liée au gouvernement.

La nièce du guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a récemment appelé les gens à faire pression sur leurs gouvernements pour qu’ils coupent les liens avec Téhéran en raison de sa répression violente des manifestations.

Dans une vidéo mise en ligne par son frère basé en France, Farideh Moradkhani a exhorté les “gens consciencieux du monde” à soutenir les manifestants iraniens. La vidéo a été partagée en ligne cette semaine après l’arrestation signalée de Moradkhani le 23 novembre, selon le groupe d’activistes.

Moradkhani est un militant de longue date dont le défunt père était une figure de l’opposition mariée à la sœur de Khamenei et est le membre le plus proche de la famille du chef suprême à être arrêté. La branche de la famille s’est opposée à Khamenei pendant des décennies et Moradkhani a été emprisonnée à plusieurs reprises pour son activisme.

“Je demande aux gens consciencieux du monde de se tenir à nos côtés et de demander à leurs gouvernements de ne pas réagir avec des mots et des slogans vides mais avec des actions réelles et de cesser toute relation avec ce régime”, a-t-elle déclaré dans sa déclaration vidéo.

Les manifestations, qui en sont maintenant à leur troisième mois, se sont poursuivies malgré une répression brutale des forces de sécurité iraniennes utilisant des balles réelles, des balles en caoutchouc et des gaz lacrymogènes.

L’Iran refuse de coopérer avec une mission d’enquête que le Conseil des droits de l’homme de l’ONU a récemment voté pour établir.

“La République islamique d’Iran ne s’engagera dans aucune coopération, quelle qu’elle soit, avec le comité politique”, a déclaré lundi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Nasser Kanaani.

Dans un autre développement, l’Iran a libéré de prison un double citoyen irano-autrichien de 76 ans pour des raisons de santé, a rapporté l’agence de presse autrichienne.

APA a cité le ministère autrichien des Affaires étrangères confirmant que Massud Mossaheb avait bénéficié d’un congé de maladie indéfini. Le ministère a déclaré que “des efforts diplomatiques intensifs” avaient conduit à sa libération, ce qui a été rapporté pour la première fois par le quotidien autrichien Die Presse. Il n’y a pas eu de commentaire immédiat de l’Iran.

Mossaheb a été arrêté pour espionnage début 2019 lors d’une visite dans la capitale, Téhéran, puis condamné à 10 ans de prison. Il doit rester en Iran et se présenter aux autorités toutes les deux semaines, a rapporté APA.

L’Iran a détenu plusieurs binationaux ces dernières années sous l’inculpation d’atteinte à la sécurité nationale. Les analystes et les groupes de défense des droits accusent les partisans de la ligne dure des agences de sécurité iraniennes d’utiliser les détenus étrangers comme monnaie d’échange dans les négociations ou les échanges de prisonniers avec l’Occident, ce que Téhéran nie.

Leave a Comment