Hugh Freeze en position de réussir rapidement à Auburn dans le paysage du football universitaire moderne

Hugh Freeze n’est pas tellement revenu sur la plus grande scène du football universitaire lundi que le football universitaire de grande envergure est venu à Hugh Freeze.

Après cinq ans loin du Power Five, le meilleur de tous les temps pour entraîner un match en personne depuis un lit d’hôpital est de retour dans la SEC dans un lieu d’atterrissage familier et riche en ressources connu pour faire tout ce qu’il faut pour gagner. Celui-ci se trouve être nommé Auburn.

Cela aurait pu être n’importe quel nombre d’écoles qui ont ramené Freeze à l’ère des droits NIL et du portail de transfert.

La plupart de ce qui a conduit à des violations des règles de la NCAA pendant le temps de Freeze à Soyez mademoiselle sont maintenant facilement contournés soit par des réglementations que la NCAA a mises en place, soit par des pratiques qu’elle ne veut pas poursuivre.

Le programme Ole Miss de Freeze était mis en probation en 2017 et a reçu une interdiction de bol de deux ans Dans le processus. À l’époque, la NCAA a déclaré qu’Ole Miss “favorisait une culture sans contrainte de l’implication des boosters”.

Eh bien, cela vous fera gagner un championnat national ces jours-ci.

Bien que cela ne diminue pas le fait que les règles de la NCAA existaient et que Freeze les a violées de manière flagrante – créant un scandale majeur dans le processus – cela montre à quel point football universitaire a changé dans le temps depuis qu’il a quitté la SEC.

En prenant le contrôle d’Auburn, cela commence par le trésor de guerre NIL des Tigers. Le collectif Auburn On to Victory aurait levé 13 millions de dollars au cours des premiers mois de fonctionnement pour aider à indemniser les joueurs. Cela en fait l’un des plus forts du pays. Tout est légal jusqu’à ce que la NCAA ou le Congrès déclare que ce n’est pas le cas.

Ne retenez pas votre souffle que l’un ou l’autre rendra une telle décision. La NCAA est en train de déréglementer et de se glisser à l’arrière-plan alors qu’un Congrès chargé de l’exécution a des poissons bien plus gros à faire frire.

En tant que tel, Freeze devient un atout dans l’acquisition de talents. On sait qu’il peut entraîner. Regardez-le simplement se procurer des recrues et des transferts avec un obusier en espèces. C’est l’une des raisons pour lesquelles Freeze est parfaitement logique car le plan B des Tigers après le plan A (Lane Kiffin) n’a pas fonctionné.

Avec des joueurs cette sur le point de se syndiquer ou de s’engager dans des négociations collectives, la première conférence à rompre une partie de ses revenus massifs de droits médiatiques pour la main-d’œuvre sera propriétaire du paysage du recrutement. Essayez de parier contre la SEC étant le premier. Ne soyez pas surpris si Freeze n’est pas parmi les premiers à militariser de manière créative l’acquisition de joueurs.

Partout dans le monde, les entraîneurs de football universitaire se plaignent de la difficulté de faire leur travail ces jours-ci. Freeze était prêt à ramper jusqu’à Auburn sur des éclats de verre brisés. C’était un retour qui n’aurait peut-être jamais eu lieu si l’athlétisme universitaire n’avait pas emménagé directement dans la timonerie de Freeze.

En d’autres termes : le football universitaire moderne lui a été adapté.


Environ 3 mois et demi avant que le marteau de la NCAA ne tombe sur le programme Ole Miss pour des violations sous la surveillance de Freeze, l’entraîneur a démissionné de son poste après avoir découvert qu’il avait fait appels inappropriés sur un appareil mobile délivré par l’école à un numéro de téléphone “associé à un service d’escorte féminine”.

Bien que cela soit “totalement sans rapport avec l’affaire de la NCAA”, comme l’a dit un avocat d’Ole Miss à l’époque, il est passé de difficile à impossible de se tenir aux côtés de Freeze lorsque ces faux pas ont été combinés avec le contournement des règles de la NCAA.

Plus de cinq ans plus tard, c’est au consommateur de décider où tracer la ligne.

Pendant un certain temps, les administrateurs du collège ont tracé cette ligne à Hugh Freeze. Lundi, Auburn l’a effacé.

Ce qui a changé, ce n’est pas Freeze en tant qu’entraîneur. Pas après avoir purgé une sorte d’expulsion de facto à Liberté où il est allé un respectable 34-15 en quatre saisons et a envoyé le quart-arrière Malik Willis au NFL. Quand le moment était venu, Freeze allait toujours trouver un autre emploi Power Five.

Le commissaire de la SEC, Greg Sankey, a manifestement autorisé le retour de Freeze à sa conférence. Ceci après que Sankey aurait “encouragé” Alabama de ne pas embaucher Freeze pour un poste de coordinateur il y a quelques années.

Freeze avait précédemment déclaré qu’il avait résolu ses méfaits personnels. Il a encore besoin de coaching sur son habitude autodestructrice de commencer des querelles en ligne sur des affronts perçus – dont au moins un a été rendu public – mais c’est au service des ressources humaines d’Auburn de s’en occuper.

Peut-être que Freeze as Plan B n’est pas aussi souhaitable que le plan A clair, mais Kiffin a catégoriquement refusé Auburn. Il était temps de passer à autre chose, et il n’y avait pas de plan C évident. La dernière chose dont Auburn avait besoin était plus de dysfonctionnement qu’une longue recherche de coaching aurait créé.

Les Tigers ont un gagnant et un recruteur éprouvé. Le seul autre entraîneur actif sur la planète à avoir battu Nick Saban au moins deux fois (Gus Malzahn) l’a également fait à Auburn. Malzahn revient également au Power Five l’année prochaine avec UCF dans le Grand 12.

Freeze fait désormais partie d’une armada d’entraîneurs cherchant à prendre le relais après Saban lorsque le grand entraîneur de l’Alabama finit par prendre sa retraite. Peut-être qu’ils peuvent lui survivre, en commençant par la SEC West avec Kiffin, Texas A&Mest Jimbo Fisher et LSUest Brian Kelly. À 53 ans, Freeze devient le deuxième plus jeune de ces challengers de Saban en Occident derrière Kiffin (47 ans).

Les règles sont nouvelles et pleines de potentiel. Certaines écoles ont été obligées de faire un choix à l’ère NIL: mettre de l’argent dans des installations ou des joueurs. Auburn a les ressources pour faire les deux. Il est douloureusement conscient qu’il reste le autre programme dans l’état gratte dur 24/7/365 contre le mastodonte à Tuscaloosa, Alabama.

Lundi, pendant au moins un jour, Auburn et Freeze ont fait la une des journaux.

C’est un début.

Leave a Comment