Les antécédents scolaires et les lésions cérébrales antérieures peuvent être associés à un risque plus élevé de démence frontotemporale

Sommaire: Le TBI antérieur augmentait le risque de démence frontotemporale chez les personnes sans facteur de risque génétique de DFT. De plus, les chercheurs ont découvert que les personnes atteintes de DFT ont tendance à être moins instruites que celles atteintes de la maladie d’Alzheimer.

La source: Université de Finlande orientale

Deux études récentes de l’Université de Finlande orientale montrent que les antécédents scolaires et les lésions cérébrales traumatiques antérieures peuvent potentiellement affecter le risque de démence frontotemporale.

La démence frontotemporale (DFT) est l’une des causes les plus fréquentes de démence chez les personnes en âge de travailler. Les troubles du spectre FTD ont, selon le sous-type, des effets majeurs sur le comportement, les fonctions linguistiques et le traitement cognitif.

De nombreuses mutations génétiques ont été impliquées comme contribuant à ces troubles, mais leurs facteurs de risque non génétiques et donc potentiellement évitables restent inconnus et peu étudiés.

Selon une étude récente menée à l’Université de Finlande orientale, les patients atteints de démence frontotemporale étaient, en moyenne, moins éduqués que les patients atteints de la maladie d’Alzheimer. De plus, les patients atteints de DFT qui ne portaient pas de mutation génétique à l’origine de la maladie étaient moins instruits et présentaient une prévalence plus élevée de maladies cardiaques que les patients atteints de DFT porteurs d’une mutation.

Les chercheurs ont utilisé des données détaillées provenant de plus de 1 000 patients, y compris des patients de Finlande et d’Italie, avec tous les sous-types les plus courants de DFT représentés.

En plus des patients atteints de DFT et des patients atteints de la maladie d’Alzheimer, l’étude comprenait un groupe témoin qui n’avait reçu aucun diagnostic de maladie neurodégénérative. Les résultats ont été rapportés dans Annales de neurologie clinique et translationnelle.

La démence frontotemporale (DFT) est l’une des causes les plus fréquentes de démence chez les personnes en âge de travailler. L’image est dans le domaine public

Sur la base de l’étude, il semble que les patients présentant différents sous-types du spectre FTD et les patients atteints de maladies génétiques et non génétiques soient différents en termes de plusieurs facteurs de risque.

Une deuxième étude montre qu’une lésion cérébrale traumatique antérieure peut augmenter le risque de DFT, en particulier chez les patients qui ne sont pas porteurs d’une mutation génétique causale. De plus, les patients qui avaient subi un traumatisme crânien semblaient, en moyenne, développer une DFT plus tôt que les autres.

Les chercheurs ont comparé des patients finlandais atteints de DFT avec des patients atteints de la maladie d’Alzheimer et avec des témoins sains. Les découvertes ont été rapportées dans Journal de la maladie d’Alzheimer.

“Ces résultats offrent une meilleure compréhension des mécanismes de la maladie et, peut-être à l’avenir, une opportunité de prévenir la démence frontotemporale”, déclare Helmi Soppela, chercheur doctorant et auteur principal des deux articles, de l’Université de Finlande orientale.

À propos de cette actualité de la recherche sur la démence frontotemporale

Auteur: Bureau de presse
La source: Université de Finlande orientale
Contact: Bureau de presse – Université de Finlande orientale
Image: L’image est dans le domaine public

Recherche originale : Accès fermé.
Les lésions cérébrales traumatiques associées à une apparition plus précoce de la démence frontotemporale sporadique” par Helmi Soppela et al. Journal de la maladie d’Alzheimer

Accès libre.
Facteurs de risque potentiels modifiables dans la démence frontotemporale familiale et sporadique” par Helmi Soppela et al. Annales de neurologie clinique et translationnelle


Résumé

Les lésions cérébrales traumatiques associées à une apparition plus précoce de la démence frontotemporale sporadique

Arrière plan: Actuellement, il existe peu d’études examinant les facteurs de risque modifiables possibles de la démence frontotemporale (FTD). Objectif : Dans cette étude cas-témoin rétrospective, nous avons évalué si des antécédents de traumatisme crânien (TCC) s’associent à un diagnostic de DFT ou modulent le phénotype clinique ou l’âge d’apparition chez les patients atteints de DFT.

Voir également

Cela montre une paire de lunettes

Méthodes : Nous avons comparé la prévalence d’un TCC antérieur entre des personnes atteintes de DFT (N = 218) et des patients AD appariés selon l’âge et le sexe (N = 214) ou des témoins sains (HC ; N = 100). Sur la base des dossiers des patients, un individu était classé dans le groupe TBI+ s’il était signalé qu’il avait souffert d’un TBI au cours de sa vie. Les associations possibles de TBI avec l’âge d’apparition et la durée de la maladie ont également été évaluées dans l’ensemble du groupe de patients FTD ou séparément dans les groupes FTD sporadique et génétique.

Résultats: La prévalence de TBI antérieurs était la plus élevée dans le groupe FTD (19,3 %) par rapport au groupe AD (13,1 %, p = 0,050) ou au groupe HC (12 %, p = 0,108, non significatif). Le TBI précédent était plus souvent associé aux cas sporadiques de FTD qu’aux cas de FTD répétés porteurs d’expansion C9orf72 (p = 0,003). De plus, la comparaison des groupes TBI+ et TBI-FTD a indiqué que le TBI précédent était associé à un âge d’apparition plus précoce chez les patients FTD (B = 3,066, p = 0,010).

Conclusion: Un TBI précédent est particulièrement associé à une DFT sporadique et à une apparition précoce des symptômes. Les résultats de cette étude suggèrent que le TBI pourrait être un facteur déclenchant des processus neurodégénératifs dans la FTD. Cependant, la compréhension des mécanismes sous-jacents précis nécessite encore des études supplémentaires.


Résumé

Facteurs de risque potentiels modifiables dans la démence frontotemporale familiale et sporadique

Objectif

Seules quelques études ont évalué les facteurs de risque modifiables de la démence frontotemporale (DFT). Ici, nous avons évalué plusieurs facteurs modifiables et leur association avec le phénotype, le génotype et le pronostic de la maladie dans une vaste population d’étude comprenant des patients finlandais et italiens atteints de DFT et des groupes témoins.

Méthodes

Dans cette étude cas-témoins, nous avons comparé la présence de plusieurs maladies cardiovasculaires et autres maladies liées au mode de vie et l’éducation entre des patients finlandais et italiens atteints de maladies familiales (n= 376) et sporadique (n= 654) FTD, entre différents phénotypes de FTD, et entre un sous-groupe de patients finlandais FTD (n= 221) et des patients finlandais appariés atteints de la maladie d’Alzheimer (MA) (n= 214) et des contrôles cognitifs sains (HC) (n= 100).

Résultats

Les patients atteints de DFT sporadique étaient moins instruits (p= 0,042, B = -0,560, IC à 95 % -1,101 à -0,019) et avaient plus de maladies cardiaques (p< 0,001, OR = 2,265, IC à 95 % 1,502–3,417) par rapport aux patients atteints de DFT familiale. Les patients finlandais atteints de DFT étaient moins instruits (p= 0,032, B = 0,755, IC à 95 % 0,064–1,466) par rapport aux patients atteints de MA. Le groupe finlandais FTD a montré une prévalence d’hypertension plus faible que le groupe HC (p= 0,003, OR = 2,162, IC 95 % 1,304–3,583) et une prévalence d’hypercholestérolémie plus faible que dans le groupe HC (p< 0,001, OR = 2,648, IC à 95 % 1,548–4,531) ou dans le groupe MA (p< 0,001, OR = 1,995, IC à 95 % 1,333–2,986). Au sein du groupe FTD, les phénotypes cliniques différaient également en ce qui concerne l'éducation et les facteurs liés au mode de vie.

Interprétation

Notre étude suggère des profils distincts de plusieurs facteurs modifiables dans le groupe DFT en fonction du phénotype et des antécédents familiaux d’hérédité et que la DFT particulièrement sporadique peut être associée à des facteurs de risque modifiables.

Leave a Comment