Deux explosions à Jérusalem font un mort dans une attaque palestinienne présumée

  • Au moins 14 blessés dans deux explosions à des arrêts de bus
  • Le Hamas salue l’attaque mais n’en revendique pas la responsabilité
  • Des explosions rappellent les attentats à la bombe dans un bus en 2000-05

JERUSALEM, 23 novembre (Reuters) – Deux bombes ont explosé mercredi à des arrêts de bus dans la périphérie de Jérusalem, tuant un garçon de 16 ans et blessant au moins 14 autres personnes dans ce qui semble être une attaque de militants palestiniens, ont déclaré les autorités israéliennes.

La police a imputé l’explosion initiale, pendant l’heure de pointe du matin, à une bombe improvisée posée près de la sortie de la ville. Le second – environ 30 minutes plus tard – a heurté un carrefour menant à une colonie périphérique.

“Il n’y a pas eu d’attaque aussi coordonnée à Jérusalem depuis de nombreuses années”, a déclaré le porte-parole de la police, Eli Levi, à la radio militaire.

Les appareils étaient cachés dans des sacs, remplis de clous et semblaient avoir été déclenchés à distance par téléphone portable, a déclaré Kan Radio.

Des images de vidéosurveillance ont montré le moment de la première explosion avec un soudain nuage de fumée s’échappant de l’arrêt de bus. Le site, bouclé par les services de secours, était jonché de débris.

Les services d’ambulance ont déclaré que 12 personnes avaient été transportées à l’hôpital dès la première explosion et trois avaient été blessées lors de la seconde. Un ressortissant canado-israélien de 16 ans a succombé à ses blessures.

Les Nations Unies, l’Union européenne, les États-Unis et le Canada ont condamné les attentats.

“Le terrorisme est une impasse qui n’apporte absolument rien”, a déclaré l’ambassade des États-Unis sur Twitter.

Benjamin Netanyahu, qui négocie actuellement avec des alliés des partis religieux et de droite pour former un nouveau gouvernement après les élections, a déclaré qu’il ferait tout pour rétablir la sécurité.

“Nous avons encore une bataille contre le terrorisme qui a de nouveau relevé la tête”, a déclaré aux journalistes l’ancien Premier ministre vétéran.

A Gaza, un porte-parole du groupe militant palestinien Hamas a salué les explosions de Jérusalem mais s’est abstenu d’en revendiquer la responsabilité. Abdel-Latif Al-Qanoua a lié les explosions aux “crimes commis par l’occupation (Israël) et les colons”.

Les explosions, qui faisaient écho aux attentats à la bombe dans les bus qui ont marqué le soulèvement palestinien de 2000-2005, font suite à des mois de tension croissante en Cisjordanie occupée après qu’Israël a lancé une répression en réponse aux attaques palestiniennes meurtrières dans ses villes.

Les explosions coordonnées semblaient être un pas en avant par rapport à une série d’attaques à l’arme blanche, au tir et à la voiture-bélier principalement palestiniennes cette année.

Le législateur israélien ultra-nationaliste Itamar Ben-Gvir, l’un des partenaires probables de la coalition de Netanyahu, a exigé une action ferme, affirmant que les forces de sécurité devraient aller “de maison en maison à la recherche d’armes et restaurer notre pouvoir de dissuasion”.

Par ailleurs, des hommes armés palestiniens ont saisi mardi soir le corps d’un lycéen druze israélien dans un hôpital palestinien de la ville cisjordanienne de Jénine à la suite d’un accident de voiture à proximité, a déclaré l’oncle de l’adolescent à Reuters.

Les Druzes sont une communauté arabe en Israël qui sert dans ses forces armées. Le père du jeune et certains responsables israéliens ont déclaré que les hommes armés l’avaient retiré de l’assistance respiratoire avant de l’emmener. Reuters n’a pas été en mesure de confirmer immédiatement son état.

Leurs raisons de la saisie n’étaient pas claires. Mais les familles des militants palestiniens tués dont les restes sont détenus par Israël ont appelé à un échange de cadavres.

Une source diplomatique a déclaré à Reuters que les Nations Unies servaient de médiateur pour la libération du corps de l’adolescent et que l’armée israélienne a déclaré qu’elle s’attendait à ce que cela se produise bientôt.

Reportage de Maayan Lubell et Emily Rose à Jérusalem; Nidal al-Mughrabi à Gaza ; Ali Sawafta à Ramallah Écriture de James Mackenzie et Maayan Lubell ; Montage par Kim Coghill, Robert Birsel, Gareth Jones et Mark Heinrich et Bernadette Baum

Nos normes : Les principes de confiance de Thomson Reuters.

Leave a Comment