Les nations parviennent à un accord préliminaire sur les paiements alors que les pourparlers sur le climat se prolongent

Les organisateurs et les délégués n’ont donné aucune indication sur la date à laquelle les pourparlers pourraient se terminer.

Les versions finales des textes, vues par POLITICO, ont montré que l’accord sur le fonds de dommages est resté intact malgré quelques heures difficiles après qu’un adverbe décrivant les pays vulnérables a été changé de “particulièrement” à “particulièrement”. Les négociateurs ont déclaré que la présidence égyptienne du sommet avait attribué le changement à une faute de frappe.

Une autre partie de l’accord en cours de négociation indiquait qu’un processus visant à encourager des réductions de plus en plus rapides de la pollution “n’imposera pas de nouveaux objectifs ou cibles”. C’est une ligne que les Européens avaient lutté pour supprimer.

Les régulateurs européens avaient menacé de sortir des pourparlers samedi si les pays n’acceptaient pas de prendre des engagements plus forts pour réduire leur pollution par les gaz à effet de serre. Des responsables européens ont accusé l’Arabie saoudite, producteur de pétrole en titre, et la Chine, un important producteur de charbon, d’avoir tenté d’édulcorer l’accord.

Pourtant, un point crucial dans les pourparlers est survenu vendredi, lorsque les négociateurs ont déclaré que les États-Unis avaient fait un rupture significative avec ses positions passées en acceptant la création d’un fonds qui indemniserait les pays en développement pour les dommages qu’ils subissent à cause des dommages climatiques. Washington s’est longtemps opposé à un tel fonds de peur qu’il n’expose les États-Unis à des poursuites judiciaires pour tout le carbone qu’il a rejeté dans l’atmosphère au cours du dernier siècle et demi.

Seve Paeniu, ministre des Finances de la nation insulaire du Pacifique de Tuvalu, a confirmé samedi qu’un accord avait été conclu pour créer un fonds pour les paiements, l’une des questions les plus controversées du sommet.

Dans le même temps, les négociateurs américains ont insisté pour que la Chine, deuxième économie mondiale et leader actuel de la pollution par les gaz à effet de serre, contribue à un tel fonds. La Chine, citant un accord de l’ONU de 1992 la classant comme pays en développement, a fait valoir qu’elle devrait recevoir des paiements à la place.

La résistance américaine à un fonds pour le climat a suscité des critiques constantes de la part des délégués représentant les pays menacés par le changement climatique, alors même que le président Joe Biden a cherché à utiliser le sommet pour réaffirmer le leadership américain dans la lutte contre le réchauffement climatique.

Un responsable de l’UE a déclaré que l’accord pas encore définitif “décide d’établir de nouveaux accords de financement pour aider les pays en développement qui sont particulièrement vulnérables au changement climatique à répondre aux pertes et aux dommages”.

Le même responsable a déclaré qu’une clause dans le projet de texte qui faisait référence à “l’identification et l’élargissement des sources de financement” était une vague référence à l’élargissement de la base des pays qui contribueraient au fonds. L’UE travaillera l’année prochaine pour s’assurer que cette référence s’applique à des pays comme la Chine et l’Arabie saoudite.

Les pourparlers en Égypte ont ouvert la voie à des négociations plus concluantes lors du prochain sommet de l’ONU sur le climat, prévu fin 2023 aux Émirats arabes unis. Ces discussions tenteront de développer plus de détails sur la conception du nouveau fonds.

Mais avec des aspects majeurs des négociations toujours en cours à Charm el-Cheikh, en particulier sur un programme visant à encourager des réductions plus importantes des émissions de gaz à effet de serre, le ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Shoukry, qui dirige les pourparlers, a mis en garde contre la mise en banque d’un seul aspect de l’accord.

« Je ne veux pas spéculer ou porter préjudice aux discussions et négociations en cours », a-t-il déclaré.

Sara Schonhardt a contribué à ce rapport.

Leave a Comment