Katie Hobbs devrait gagner la course du gouverneur de l’Arizona, battant Kari Lake

Commentaire

La secrétaire d’État de l’Arizona, Katie Hobbs (D), devait remporter lundi la course au poste de gouverneur de l’Arizona, battant de justesse le républicain Kari Lake, un négationniste de premier plan que Hobbs a qualifié de menace pour la démocratie.

Hobbs s’est présentée comme une alternative modérée à un candidat extrême qui, selon elle, pourrait semer le chaos s’il était élu. La démocrate a supervisé les élections de 2020 en Arizona et les a défendues contre les allégations sans fondement de malversations que Lake, une ancienne présentatrice de télévision, a placées au cœur de sa campagne.

Peu de temps après que l’Associated Press et les principaux réseaux ont appelé la course, six jours après la fin du vote dans l’État, Hobbs a publié un tweet déclarer victoire. “La démocratie vaut la peine d’attendre”, a-t-elle écrit. « Merci, Arizona. Je suis tellement honoré et tellement fier d’être votre prochain gouverneur.

Lake a semblé ne pas accepter la défaite, jetant le doute sur les résultats une heure plus tard dans un tweet qui disait : « Les Arizonans connaissent BS quand ils le voient.

Pendant la campagne électorale, Hobbs a déclaré qu’elle protégerait le droit à l’avortement en Arizona, où de nouvelles restrictions sont entrées en vigueur après Roe contre Wade a été renversé. Elle a également cherché à faire appel aux électeurs républicains indépendants et modérés de l’Arizona et a obtenu le soutien d’éminents conservateurs mal à l’aise avec la direction du GOP. Une collecte de fonds pour Hobbs mettait en vedette des membres de la famille de feu le sénateur républicain John McCain, tandis que le comité d’action politique de la représentante Liz Cheney (à droite), la critique du GOP la plus bruyante de Trump au Congrès, a diffusé des publicités contre Lake.

Mais la course de Hobbs avec Lake a été serrée jusqu’au bout, alors que Lake a déclenché la base du GOP et capitalisé sur des facteurs plus larges travaillant en faveur de son parti, tels qu’une inflation élevée et une réaction violente à la politique frontalière fédérale. Lorsque Hobbs a refusé de débattre de Lake – disant que Lake voulait un «spectacle» plutôt qu’une discussion – elle a suscité des critiques des deux côtés de l’allée.

Une grande partie de l’establishment républicain de l’Arizona a travaillé contre Lake lors de la primaire du GOP, soutenant une candidate plus traditionnelle, Karrin Taylor Robson, qui n’a pas pleinement adopté Les fausses affirmations électorales de Trump. Et beaucoup craignaient que Lake, un loyaliste de Trump, ne perde un État violet connu pour avoir élu des modérés tels que McCain – dont Lake se moquait. “Nous avons enfoncé un pieu dans le cœur de la machine McCain”, a-t-elle déclaré lors de la Conférence d’action politique conservatrice cette année, en faisant une motion poignardante pour mettre l’accent.

Mais même les critiques ont reconnu le charisme de Lake et d’anciens opposants, dont le gouverneur Doug Ducey (R), le coprésident de la Republican Governors Association, se sont finalement regroupés derrière elle.

Ancien travailleur social et législateur d’État, Hobbs est devenu secrétaire d’État de l’Arizona en 2018, renversant le siège bleu pour la première fois en plus de 20 ans. Cela l’a placée en première ligne si le gouverneur devait quitter ses fonctions – et l’a placée en première ligne des responsables électoraux confrontés à des menaces et à de fausses accusations d’actes répréhensibles à la suite des élections de 2020. Les Américains ont appris à connaître Hobbs, qui est devenu un incontournable de la télévision nationale après cette élection, comme contrepoids au déni électoral dans un État qui a nourri des théories non prouvées entourant la perte de Trump.

En tant que gouverneur, Lake aurait joué un rôle dans la certification du vote dans un champ de bataille clé pour 2024. Et si elle gagnait, Lake était prête à convoquer une session législative spéciale au Capitole de l’État pour tenter de faire avancer des changements radicaux dans les systèmes de vote de l’Arizona, qui elle s’est moquée. Elle a fait campagne avec d’autres candidats du GOP qui ont également nié les résultats des élections de 2020, notamment le secrétaire d’extrême droite du candidat d’État Mark Finchem, qui, avec Lake, a cherché à interdire les machines à voter dans l’État. Finchem devait perdre vendredi dernier avec le candidat au Sénat du GOP soutenu par Trump, Blake Masters, qui a défié le sénateur Mark Kelly (D).

“Nous savons que mon adversaire et ses alliés ont semé le doute et la confusion tout au long de cette campagne”, a déclaré Hobbs dans un discours le soir des élections, rappelant aux gens que les votes prendraient du temps à compter.

La victoire de Hobbs signifie que les démocrates ont gagné un filet de deux postes de gouverneur, avec des victoires en Arizona, au Maryland et au Massachusetts compensées par un gain du GOP au Nevada. Dans l’État swing du Nevada, le shérif républicain Joe Lombardo a évincé le gouverneur Steve Sisolak (D) tout en critiquant sa gestion du crime, la pandémie de coronavirus et l’économie. Mais malgré les grands espoirs du GOP pour des États même bleus tels que New York et l’Oregon, les titulaires démocrates ont tenu bon ailleurs, y compris dans des courses au sort dans le Wisconsin, le Michigan et le Kansas.

La victoire de Hobbs a surpris de nombreux républicains et même certains démocrates. Les agents qui s’attendaient à une victoire serrée de Kelly prédisaient néanmoins que Hobbs – qui n’était pas une présence dominante sur la campagne électorale – tomberait aux mains de l’ancien présentateur de nouvelles largement connu dans le métro Phoenix, qui abrite la plupart des électeurs de l’État.

Même si des résultats incomplets publiés au milieu de la semaine dernière ont commencé à indiquer une victoire de Kelly au Sénat, la modélisation du GOP a toujours placé Lake devant son adversaire démocrate, selon des personnes familières avec les chiffres. Le week-end, cependant, la dynamique avait changé, un conseiller de Lake qualifiant la course du gouverneur de « tirage au sort ».

L’angoisse républicaine s’est intensifiée après que les résultats ont montré que Lake n’avait pas obtenu les résultats escomptés, en particulier parmi les électeurs indépendants, selon une personne familière avec les conversations qui a parlé sous couvert d’anonymat parce qu’elle n’était pas autorisée à en discuter publiquement.

Lake a passé les derniers jours de la campagne à s’occuper de la base du GOP plutôt qu’à courtiser des indépendants, une décision qui a déconcerté certains stratèges et donateurs. Plus d’un tiers des électeurs de l’Arizona ne sont pas affiliés, selon les données de l’État, juste en dessous de la part qui s’identifie comme républicains et juste au-dessus de la part des démocrates.

Elle a continué à attaquer McCain, demandant à une foule : « Nous n’avons pas de républicains McCain ici, n’est-ce pas ? Sort d’ici!” Elle a amené Stephen K. Bannon, l’ancien stratège en chef de la Maison Blanche et président exécutif de Breitbart News, sur scène avec elle et enthousiasmé par son émission de radio d’extrême droite, “War Room”.

Elle a également insinué sans fondement qu’Hillary Clinton essayait de la tuer et a demandé à son public d’applaudir Wendy Rogers, une législatrice d’État d’extrême droite qui a promu les nationalistes blancs en tant que « patriotes » et a appelé à l’exécution de ses adversaires politiques, remarquant une fois : « Nous besoin de construire plus de potences.

L’approche a captivé des foules de partisans inconditionnels, mais l’enthousiasme ne semble pas s’être traduit par une coalition suffisamment large pour gagner.

Alors que le dépouillement des bulletins de vote est toujours en cours, certains républicains ont reconnu que les messages de Trump, Lake, de la présidente du parti GOP de l’État, Kelli Ward, et d’autres, pour voter en personne ou pour déposer les bulletins de vote anticipés dans les bureaux de vote le jour du scrutin, peuvent avoir affecté la participation du GOP. La les instructions allaient à l’encontre de la popularité du vote anticipé dans l’État et dans les derniers jours de l’élection, les performances du vote anticipé du GOP ont diminué dans le comté de Maricopa.

La stratégie du GOP reposait sur une administration fluide de l’élection. Au lieu de cela, environ un tiers des bureaux de vote du comté ont eu des problèmes avec les imprimantes qui produisent des bulletins de vote à la demande, déclenchant une cascade d’accusations non prouvées de Lake, Trump et d’autres républicains selon lesquelles les problèmes ciblaient de manière disproportionnée les zones du GOP. Les responsables du comté ont repoussé avec force et une analyse des données du Washington Post a constaté que les zones du GOP dans le comté n’étaient pas touchées de manière disproportionnée par les problèmes.

Yvonne Wingett Sanchez à Phoenix et Amy B Wang à Washington ont contribué à ce rapport.

Leave a Comment