Explosion d’Istanbul: “47 détenus” alors que la Turquie accuse les séparatistes kurdes d'”attaque terroriste”

La police turque a annoncé lundi avoir arrêté une Syrienne soupçonnée d’avoir des liens avec des militants kurdes qui a avoué avoir posé une bombe qui a explosé sur une avenue piétonne animée d’Istanbul.

Le département de police d’Istanbul a déclaré que les vidéos d’environ 1 200 caméras de sécurité avaient été examinées et que des raids avaient été effectués dans 21 endroits. Au moins 46 autres personnes ont également été arrêtées pour interrogatoire.

Au total, six personnes ont été tuées et 81 blessées dans l’explosion de dimanche sur l’avenue Istiklal, une rue populaire bordée de boutiques et de restaurants qui mène à l’emblématique place Taksim.

Le suspect aurait quitté les lieux dans un taxi après avoir laissé des explosifs de type TNT sur l’avenue bondée, a indiqué la police.

Les militants kurdes nient toute implication

La police a déclaré que la suspecte leur avait dit lors de son interrogatoire qu’elle avait été formée comme “officier spécial du renseignement” par le Parti des travailleurs du Kurdistan interdit, ainsi que par le groupe kurde syrien le Parti de l’Union démocratique et sa branche armée.

Elle est entrée illégalement en Turquie par la ville frontalière syrienne d’Afrin, a indiqué la police.

Les autorités avaient initialement arrêté plus de 20 suspects depuis l’explosion, a déclaré lundi le ministre turc de l’Intérieur, Süleyman Soylu.

Soylu a déclaré que les premières découvertes indiquaient que des militants kurdes étaient responsables de l’explosion meurtrière.

“La personne qui a posé la bombe a été arrêtée”, a-t-il déclaré dans un communiqué diffusé dans la nuit par l’agence officielle Anadolu et les chaînes de télévision locales. “Selon nos conclusions, l’organisation terroriste PKK est responsable.”

Les militants kurdes ont fermement nié tout lien avec l’attentat.

Le Parti des travailleurs du Kurdistan a nié toute implication dans une déclaration, affirmant qu’il ne visait pas les civils. En Syrie, la principale milice kurde, les Unités de défense du peuple, a nié tout lien avec le suspect.

Le groupe a soutenu que le président turc Recep Tayyip Erdogan tentait de recueillir un soutien international pour ses projets de lancer une nouvelle incursion dans le nord de la Syrie avant les élections de l’année prochaine.

Le ministre turc de l’Intérieur a également accusé les forces kurdes contrôlant la majeure partie du nord-est de la Syrie, qu’Ankara considère comme des terroristes, d’être à l’origine de l’attaque.

“Nous pensons que l’ordre de l’attaque a été donné depuis Kobané”, a-t-il ajouté.

Kobané est resté célèbre pour la bataille de 2015 qui a permis aux forces kurdes de repousser le groupe dit État islamique (EI).

La ville est contrôlée par les Forces démocratiques syriennes (SDF), dont les Unités de protection du peuple (YPG) – alliées au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – sont une composante majeure.

Une explosion frappe une zone commerciale animée

Quelques heures après l’explosion de dimanche après-midi, le vice-président Fuat Oktay s’est rendu sur place pour donner le dernier bilan des morts et des blessés et a promis de résoudre l’affaire “très bientôt”.

La zone, dans le district de Beyoglu de la plus grande ville de Turquie, était bondée comme d’habitude le week-end avec des acheteurs, des touristes et des familles.

Des séquences vidéo obtenues par Reuters ont montré le moment où l’explosion s’est produite à 16h13 heure locale (14h13 CET), envoyant des débris dans les airs et laissant plusieurs personnes allongées sur le sol, tandis que d’autres trébuchaient.

Des centaines de personnes ont fui l’historique avenue Istiklal après l’explosion, alors que les ambulances et la police affluaient.

Les autorités ont déclaré plus tard qu’un employé du ministère du gouvernement et sa fille figuraient parmi les morts. Cinq personnes étaient en soins intensifs à l’hôpital, dont deux dans un état critique.

Personne n’a revendiqué la responsabilité de l’explosion.

Erdogan : “Ça sent le terrorisme”

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a qualifié l’explosion d ‘”attaque perfide” et a déclaré que ses auteurs seraient punis.

“Les efforts pour vaincre la Turquie et le peuple turc par le terrorisme échoueront aujourd’hui comme ils l’ont fait hier et comme ils le feront demain”, a déclaré le président lors d’une conférence de presse avant de s’envoler pour l’Indonésie pour un sommet du Groupe des 20 principales économies.

“Notre peuple peut être assuré que les coupables (…) seront punis comme ils le méritent”, a-t-il déclaré, ajoutant que les premières informations suggéraient qu'”une femme y avait joué un rôle”.

“Il serait faux de dire qu’il s’agit sans aucun doute d’une attaque terroriste, mais les développements initiaux et les premiers renseignements de mon gouverneur indiquent que cela sent le terrorisme”, a-t-il ajouté.

Le ministre de la Justice Bekir Bozdag a été cité par la société d’État Anadolu comme ayant déclaré qu’une femme s’était assise sur un banc pendant plus de 40 minutes avant de partir quelques minutes avant l’explosion, suggérant une bombe qui devait exploser ou qui avait explosé de loin.

La suspecte de 23 ans a été arrêtée lors d’un raid nocturne de la police antiterroriste dans le district de Kucukcekmece.

Les autorités turques affirment avoir également récupéré une importante somme d’euros et de pièces d’or, ainsi qu’un pistolet et des cartouches.

L’explosion de dimanche a été un rappel choquant des problèmes de sécurité qui ont harcelé la population turque pendant les années où de telles attaques étaient courantes.

Le pays a été frappé par une série d’attentats à la bombe entre 2015 et 2017, certains par le groupe État islamique, d’autres par des militants kurdes en quête d’autonomie ou d’indépendance.

Deux attentats à la bombe devant un stade de football d’Istanbul en décembre 2016 ont tué 38 personnes et en ont blessé 155 autres. L’attentat a été revendiqué par une émanation du PKK, désigné groupe terroriste par la Turquie, l’Union européenne et les États-Unis.

Les condamnations de l’attaque et les condoléances pour les victimes ont afflué de plusieurs pays. Sur Twitter, le président du Conseil européen, Charles Michel, a adressé ses condoléances aux victimes après “l’horrible nouvelle”.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, a également adressé ses “pensées et ses plus sincères condoléances à toutes les personnes touchées et au peuple turc”.

Leave a Comment