L’Iranien qui a inspiré “The Terminal” est mort à l’aéroport de Paris

PARIS (AP) – Un Iranien qui a vécu pendant 18 ans à l’aéroport Paris Charles de Gaulle et dont la saga a vaguement inspiré le Le film de Steven Spielberg “The Terminal” est décédé samedi à l’aéroport qu’il a longtemps appelé chez lui, ont indiqué des responsables.

Mehran Karimi Nasseri est décédé des suites d’une crise cardiaque dans le terminal 2F de l’aéroport vers midi, selon un responsable de l’aéroport de Paris. La police et une équipe médicale l’ont soigné mais n’ont pas pu le sauver, a déclaré le responsable. Le fonctionnaire n’était pas autorisé à être nommé publiquement.

Nasseri a vécu dans le terminal 1 de l’aéroport de 1988 à 2006, d’abord dans les limbes juridiques parce qu’il n’avait pas de papiers de résidence et plus tard par choix apparent.

Année après année, il dormait sur un banc en plastique rouge, se liait d’amitié avec les employés de l’aéroport, se douchait dans les installations du personnel, écrivait dans son journal, lisait des magazines et arpentait les voyageurs de passage.

Le personnel l’a surnommé Lord Alfred et il est devenu une mini-célébrité parmi les passagers.

“Finalement, je quitterai l’aéroport”, a-t-il a déclaré à l’Associated Press en 1999fumant la pipe sur son banc, l’air frêle avec de longs cheveux fins, des yeux enfoncés et des joues creuses. “Mais j’attends toujours un passeport ou un visa de transit.”

Nasseri est né en 1945 à Soleiman, une partie de l’Iran alors sous juridiction britannique, d’un père iranien et d’une mère britannique. Il a quitté l’Iran pour étudier en Angleterre en 1974. À son retour, dit-il, il a été emprisonné pour avoir protesté contre le shah et expulsé sans passeport.

Il a demandé l’asile politique dans plusieurs pays d’Europe. Le HCR en Belgique lui a délivré un certificat de réfugié, mais il a déclaré que sa mallette contenant le certificat de réfugié avait été volée dans une gare parisienne.

La police française l’a arrêté plus tard, mais n’a pu l’expulser nulle part car il n’avait aucun document officiel. Il se retrouve à Charles de Gaulle en août 1988 et y reste.

D’autres maladresses bureaucratiques et des lois européennes sur l’immigration de plus en plus strictes l’ont maintenu dans un no man’s land légal pendant des années.

Lorsqu’il a finalement reçu les papiers de réfugié, il a décrit sa surprise et son insécurité à l’idée de quitter l’aéroport. Il aurait refusé de les signer et aurait fini par y rester plusieurs années de plus jusqu’à ce qu’il soit hospitalisé en 2006, puis a vécu dans un refuge parisien.

Ceux qui se sont liés d’amitié avec lui à l’aéroport ont déclaré que les années passées dans cet espace sans fenêtre avaient eu un impact sur son état mental. Le médecin de l’aéroport des années 1990 s’inquiétait pour sa santé physique et mentale et le décrivait comme “fossilisé ici”. Un ami agent de billetterie le compare à un détenu incapable de « vivre à l’extérieur ».

Dans les semaines qui ont précédé sa mort, Nasseri avait de nouveau vécu à Charles de Gaulle, a déclaré le responsable de l’aéroport.

Le conte époustouflant de Nasseri a vaguement inspiré “The Terminal” de 2004 avec Tom Hanks, ainsi qu’un film français, “Lost in Transit”, et un opéra intitulé “Flight”.

Dans “The Terminal”, Hanks joue Viktor Navorski, un homme qui arrive à l’aéroport JFK de New York en provenance du pays fictif d’Europe de l’Est de Krakozhia et découvre qu’une révolution politique du jour au lendemain a invalidé tous ses papiers de voyage. Viktor est jeté dans le salon international de l’aéroport et on lui dit qu’il doit y rester jusqu’à ce que son statut soit réglé, ce qui s’éternise alors que les troubles à Krakozhia se poursuivent.

Aucune information n’était disponible dans l’immédiat sur les survivants.

___

Angela Charlton à Paris y a contribué.

___

Cette histoire a été mise à jour pour corriger l’orthographe du prénom de Nasseri en Mehran, et non en Merhan.

Leave a Comment