Ocean Viking: Meloni dénonce la France «agressive» alors que la rangée de navires de sauvetage de migrants s’intensifie

Un navire géré par une organisation caritative transportant environ 230 migrants secourus en mer a accosté vendredi dans un port français après avoir été refoulé par l’Italie, alors que la guerre des mots sur leur sort entre les deux voisins de l’Union européenne s’intensifiait.

La France a averti l’Italie de “graves conséquences” avant l’arrivée de l’Ocean Viking dans le port sud de Toulon. Le navire caritatif s’est vu refuser l’entrée par Rome après avoir secouru les migrants en Méditerranée.

Cela a suscité une réaction de colère de la part du Premier ministre italien Giorgia Meloni, chef du gouvernement italien le plus à droite depuis des décennies, qui semble désormais prêt à faire passer le différend en tête de l’agenda européen.

“J’ai été frappé par la réaction agressive du gouvernement français qui, de mon point de vue, est incompréhensible et injustifiée”, a déclaré Meloni lors d’une conférence de presse, ajoutant que l’Italie ne pouvait pas être la seule destination des migrants en provenance d’Afrique.

Le navire Ocean Viking avait initialement cherché à accéder à la côte italienne, qui est la plus proche de l’endroit où les migrants ont été récupérés, affirmant que les conditions sanitaires et sanitaires à bord se détérioraient rapidement.

L’Italie a refusé, affirmant que d’autres pays devaient assumer une plus grande part du fardeau lié à l’acceptation de milliers de migrants essayant chaque année d’atteindre l’Europe depuis l’Afrique du Nord.

Le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a déclaré que la France avait agi par “devoir d’humanité”, critiquant la position de l’Italie comme “inhumaine” et “incompréhensible”, affirmant que l’Ocean Viking “se situe sans aucun doute dans la zone de recherche et de sauvetage de l’Italie”.

Il a reproché aux autorités italiennes de “faire attendre les migrants en mer pendant 15 jours”.

Les autorités françaises se sont engagées à décider du sort des migrants “très rapidement”, en évaluant leurs demandes d’asile dans les “48 heures”.

Jeudi, Darmanin a déclaré que neuf pays européens s’étaient engagés à accueillir les deux tiers des migrants – qui comprendraient 57 enfants – le tiers restant restant en France.

L’Allemagne en prendra “plus de 80”, tandis que la Croatie, la Roumanie, la Bulgarie, la Lituanie, Malte, le Portugal, le Luxembourg et l’Irlande contribueront également au nom de la “solidarité européenne”, a-t-il ajouté.

Après que des dizaines de demandes d’accostage aient été refusées, l’association caritative qui exploite le navire, SOS Méditerranée, s’est tournée vers la France pour obtenir de l’aide.

La France a d’abord annoncé qu’elle évacuerait trois migrants nécessitant des soins médicaux urgents, un hélicoptère les emmenant avec un soignant vers un hôpital en Corse.

Plus tard jeudi, le gouvernement italien a également utilisé le même mot – “incompréhensible” – pour décrire la réponse de la France au fait d’autoriser un navire de migrants à débarquer dans un port français.

Le ministre de l’Intérieur, Matteo Piantedosi, a déclaré que la demande concernait “234 migrants alors que l’Italie en a accueilli 90 000 cette année seulement”.

La France a suspendu un plan visant à accueillir 3 500 réfugiés actuellement en Italie, dans le cadre d’un accord européen de partage des charges, et a exhorté l’Allemagne et les autres pays de l’UE à faire de même.

“Il y aura des conséquences extrêmement graves pour les relations bilatérales et les relations européennes”, a averti Darmanin, ajoutant que la police française renforcerait également les contrôles aux passages frontaliers italiens.

La flambée de tensions fait écho aux conflits européens sur les migrants il y a quatre ans, lorsque le président français Emmanuel Macron s’est notamment opposé au ministre populiste de l’Intérieur italien Matteo Salvini.

Salvini, qui est récemment revenu au gouvernement en tant qu’adjoint de Meloni, a répondu à la décision de la France d’arrêter l’accord de partage des migrants avec le tweet sarcastique : « Solidarité européenne ».

La France avait insisté sur le fait qu’en vertu du droit maritime international, Rome devait accueillir l’Ocean Viking et les 234 migrants en détresse qu’elle avait secourus, notamment après avoir autorisé l’accès cette semaine à trois autres navires de sauvetage transportant environ 700 personnes.

Mais le ministre italien des Affaires étrangères, Antonio Tajani, a déclaré cette semaine qu’il envoyait un signal aux pays de l’UE qu’ils devaient jouer un rôle encore plus important.

Rome veut “un accord pour établir, sur la base de la population, comment les migrants ayant le droit d’asile sont relocalisés dans différents pays”, a déclaré Tajani avant une réunion des ministres de l’UE la semaine prochaine.

En juin, une douzaine de pays de l’UE, dont la France, ont accepté d’accueillir des migrants qui arrivent en Italie et dans d’autres principaux points d’entrée.

Jusqu’à présent cette année, 164 demandeurs d’asile ont été transférés d’Italie vers d’autres pays du bloc qui se sont portés volontaires pour les accepter.

Mais ce n’est qu’une infime fraction des 88 000 autres qui ont atteint ses côtes jusqu’à présent cette année, environ 14 % de ce chiffre ont été secourus par des navires d’ONG, selon les autorités italiennes.

Leave a Comment